Les Zébrides

share:

OPERA DE LILLE (FR)
April 11th, 2015
   

   

HAPPY DAY

14:00 > 17:00

Mauro Lanza & Andrea Valle
Regnum Animale (2013),
for string trio and 28 imaginary animals

Thierry De Mey
Frisking (1987)
for 11 musicians

François Sarhan
Vice Versa
for two percussionists without instrument

James Tenney
Having never written a note for percussion (1971)
for large tam-tam

Pierluigi Billone
Mani.Mono (2007)
for springdrum

Jose Sanchez Verdù
Tres Capricios (2005)
for guitar

Claude Vivier
Pulau Dewata (1977)

Michael Pisaro
Ricefall (2004)
for streams of rice
   

   

EVENING CONCERT

18:00

Christopher Trapani
Waterlines (2012), Five Songs about Storms and Floods for voice and 8 musicians

Michaël Levinas, Les Désinences (2014)
for piano and electronic keyboards
(Electronic design IRCAM : Carlo Laurenzi)

Robert Phillips, Der Hunger von Spiegeln (2015)
for electric guitar, electronic keyboards, percussion, double bass & video
Video editor: Robert Phillips
Videographers: Hanae Utamura, Andreas Bolm, Manuel Ferrari
Lindsay Foster and Alex Reynolds
   

   

MUSICIANS

Christie Finn, soprano
François Deppe and the students of the Lille Conservatory
Thomas Moore, conductor
Michaël Levinas, piano
Tom Pauwels, guitars
Tom De Cock, springdrum

George van Dam, violin
Jeroen Robbrecht, viola
Geert De Bièvre, cello
Jean-Luc Plouvier, keyboards
Adam Rosenblatt, percussion
Pieter Lenaerts, double bass
Alexandre Fostier, sound
Wilfried Van Dyck, stage

In turn devoted to ancient music and the modern repertoire, the Happy Day events at the Opéra are ‘open days’ when thousands of curious spectators are invited to explore this venerable institution. The days end with a concert in the evening.

The April 2015 Happy Day highlights strange or adapted instruments, sound objects and different ways of playing: when a new music is born of a new instrument and new gestures.
   

   

ZEBRIDES

   
The Zébrides: a title that could come from a collection of stories by Henri Michaux, depicting a remote tribe with strange customs. In fact it is a word created for the occasion, designed to evoke:
- distant islands (exoticism: art is always a foreign language, said Proust);
- oddballs (or odd ‘sounds’: with Christopher Trapani, a rather disordered country music in the spirit of Harry Partch or certain attempts by Berio; or the playful music of Mauro Lanza; or the astounding Capricios for an amplified acoustic guitar – but is this still a guitar? – by Sanchez Verdù);
- Unbridled Reality (instruments adapted by technology, with the keyboards of Michael Levinas; parallel and mimetic worlds projected onto a giant screen during the musical performance, with Robert Philips).
  

HAPPY DAY

open doors, 14:00>17:00
   
François Deppe, who stimulates like nobody else the students at the Lille Conservatory, and whose previous admirable creations include The Origin of the Species by Georges Aperghis at the Natural Science Museum, or video variations on the Kafka Fragments by György Kurtág, leads the young professionals in ambitious productions: Frisking by Thierry De Mey for piano frame, paper tambourines and metal rods; a meditative work for thousands of grains of rice by Michael Pisaro; the imaginary gamelan by Claude Vivier, Pulau Dewata, presented here by dozens of simultaneous performers.

De Happy Days van de Opera zijn opgevat als “opendeurdagen” waar telkens duizenden nieuwsgierigen op afkomen, die alle zalen van de opera kunnen bezoeken. Ze zijn om beurten gewijd aan oude en hedendaagse muziek, en worden traditioneel afgesloten met een avondconcert.

De editie van mei 2015 staat in het teken van vreemde of omgebouwde instrumenten, geluidsobjecten en ongewone speelwijzen. Of hoe nieuwe muziek ontstaat uit een nieuwe instrumentarium en en nieuwe lichaamstaal.


   

ZEBRIDES

   
Les Zébrides is een titel die recht uit een bundel van Henri Michaux zou kunnen komen of zou kunnen slaan op een stam die er vreemde gewoonten op nahoudt. In werkelijkheid gaat het om een speciaal voor de gelegenheid bedacht woord met verschillende betekenisladingen:
- Verre eilanden, zoals de Hebriden (een exotische veralgemening: kunst is altijd een vreemde taal, zie Proust)
- Vreemde zebra’s (of be-vreemdende klankwerelden à la Christopher Trapani, vervormde country music die doet denken aan Harry Partch, of aan bepaalde werken van Berio; de muziek voor keukenobjecten van Mauro Lanza; of de verbluffende Capriccio’s voor versterkte klassiek gitaar van Sanchez Verdù);
- een ongebreidelde realiteit (technologisch versterkte strijkinstrumenten, begeleid door de keyboards van Michael Levinas; parallelle en mimetische werelden, tijdens de muziekuitvoering geprojecteerd op groot scherm, met Robert Philips).


      

HAPPY DAY

open doors, 14:00>17:00
   
François Deppe daagt als geen ander de studenten van het Conservatorium van Rijsel uit. Zo realiseerde hij in het verleden met veel succes L'Origine des Espèces van Georges Aperghis in het Museum voor Natuurwetenschappen, en videovariaties op de Kafka Fragmente van György Kurtag. Voor deze gelegenheid begeleidt hij jonge professionals in een herneming van Frisking van Thierry De Mey, voor pianokader, papiertrommels en metalen latten; een meditatief werk voor duizenden rijstkorrels van Michael Pisaro; en de denkbeeldige gamelan van Claude Vivier, Pulau Dewata, hier gebracht door een dertigtal muzikanten.

Pour faire surgir de nouvelles musiques, faut-il inventer de nouveaux systèmes et de nouveaux solfèges ? Ce serait sous-estimer la passion moderne pour l’Objet. Un nouvel instrument peut engendrer tout un monde en produisant de nouveaux gestes, qui appellent de nouvelles logiques et de nouvelles écoutes. On voit aujourd’hui les compositeurs tenir pour égaux tous les objets dont ils disposent, piano ou ordinateur, grain de riz ou tambour à ressort — et en extraire tout le potentiel musical, serait-ce même à contre-emploi.

ZEBRIDES : dans ce drôle de mot-valise, qui évoque d’abord quelque tribu étrange (mettons : la tribu de « ceux qui font musique de tout »), souffle aussi l’utopie des îles lointaines (car l’art est toujours une langue étrangère, comme le disait déjà Proust) et ce nouvel appétit qui est le nôtre pour les réalités débridées, augmentées, dénaturées.

Les musiciens-étudiants du Pôle Supérieur de Lille — emmenés par l’infatigable François Deppe, les musiciens d’Ictus et quelques-uns des plus brillants élèves de leur Academy, investiront toutes les salles de l’Opéra pour y chanter les nouvelles réalités musicales. Mot de passe de la tribu : « Ô Zèbres aux corps-z-hybridés, brisez les brides de nos ouïes  » (à répéter 10 x en buvant un verre d’eau glacée).
   

   


programme du Happy Day

 
14.00 GRAND FOYER
Claude Vivier : Pulau Dewata (#1) – 12 min
Grand gamelan pour 22 musiciens du Pôle Supérieur | Direction François Deppe
 
14.15 ROTONDE
Mauro Lanza | Andrea Valle : Regnum Animale  (#1) – 22 min
Installation mécanique pour électroménager et trio à cordes  (Ictus Trio — George van Dam : violon | Aurélie Entringer :  alto | Seth Woods : violoncelle)

14.30 FOYER DE LA DANSE
Pierluigi Billone : Mani Mono (#1) – 10 min 
pour tambour à ressort (Tom De Cock, d’Ictus)
et
François Sarhan : Vice Versa (#1) — 4 min
pour deux percussionnistes sans instrument (Tom De Cock et Adam Rosenblatt, d’Ictus)
 
14.40 ESCALIER D’HONNEUR
Jose Maria Sanchez Verdu :  Tres Caprichos (#1) – 10 min
pour guitare classique amplifiée (Tom Pauwels, d’Ictus)
 
15.00 GRANDE SALLE
Thierry De Mey  : Frisking (#1)  – 11 min
pour cadre de piano et percussions de papier, de métal, de pierre et de bois, par 12 percussionnistes du Pôle Sup’ | Direction François Deppe
 
15.20 GRAND FOYER
Michael Pisaro : Ricefall – 18 min
pour milliers de grains de riz, par 16 musiciens du Pôle Sup’ | Direction François Deppe
 
15.40 FOYER DE LA DANSE
Pierluigi Billone : Mani Mono (#2) – 10 min 
pour tambour à ressort (Tom De Cock, d’Ictus)
et
François Sarhan : Vice Versa (#2) — 4 min
pour deux percussionnistes sans instrument (Tom De Cock et Adam Rosenblatt, d’Ictus)
 
15.45 ESCALIER D’HONNEUR
Jose Maria Sanchez Verdu :  Tres Caprichos (#2)  – 10 min
pour guitare classique amplifiée (Tom Pauwels, d’Ictus)
 
16.10 GRANDE SALLE
Thierry De Mey  : Frisking  (#2) – 11 min
pour cadre de piano et percussions de papier, de métal, de pierre et de bois, par 12 percussionnistes du Pôle Sup’ | Direction François Deppe
 
16.15 FOYER DE LA DANSE
James Tenney : Having never written a note for percussion — 10 min
Vibrations pour tam-tam géant (Tom De Cock)
 
16.20 ROTONDE
Mauro Lanza | Andrea Valle : Regnum Animale  (#2) – 22 min
Installation mécanique pour électroménager et trio à cordes  (Ictus Trio — George van Dam : violon | Aurélie Entringer :  alto | Seth Woods : violoncelle)
  
16.45 GRAND FOYER
Claude Vivier : Pulau Dewata (#2) – 12 min
Grand gamelan pour 22 musiciens du Pôle Sup’ | Direction François Deppe
   

   


notes sur les œuvres du Happy Day

   
Claude Vivier : Pulau Dewata (1977)
Vivier, le plus doué et le plus personnel des compositeurs canadiens (mort en 1983), était hanté par une mystique de l’enfance perdue, par l’appel de la mort et celui des continents lointains. Fasciné tout à la fois par la beauté des mélodies claires et la magie des timbres complexes, Vivier voyagera jusqu’à Bali pour y étudier le gamelan. Pulau Dewata témoigne de cette expérience. L’oeuvre est pensée en instrumentation libre et peut être jouée par un groupe quelconque de musiciens.

Mauro Lanza | Andrea Valle : Regnum Animale (2013)
Il y a toujours une touche de Carnaval médiéval chez Mauro Lanza : l'image d'une humanité farceuse, violente et tonitruante. Dans cette oeuvre conçue avec le plasticien Andrea Valle, vingt-huit «animaux imaginaires » électro-mécaniques sont placés en cercle autour des interprètes, et contrôlés par des petits moteurs depuis un ordinateur. La pièce se présente comme un hommage aux bestiaires du Moyen-Age. Elle met en scène des « animaux » hybrides, objets quotidiens soudain doués de vie et de puissance musicale : platines, sonnettes, sèche-cheveux et presse-fruits électriques se mettent en route ou s’éteignent avec précision, tandis que le trio à cordes harmonise le tout.

Pierluigi Billone : Mani.Mono (2007)
Le jeune percussionniste Tom De Cock, nouvelle recrue d’Ictus, dévoile un étrange rituel pour springdrum (tambour à ressort), accompagné de sons musés que le musicien module en se frappant la poitrine, comme un enfant qui joue aux Indiens. Un très beau moment d'intimité.
   
François Sarhan : Vice Versa (2011)
Comment renouveler l’art de la Body Music, où l’on dispose pour tout instrument de son propre corps ? Et comment en faire une oeuvre en duo ? La réponse est simple : par de vigoureuses paires de claques.

Jose Maria Sanchez Verdù : Tres Caprichos (2005)
Les Caprichos de Goya, gravures grotesques au pessimisme sans fond, appartiennent pour toujours au génie du peuple espagnol. Sanchez Verdù en a cherché une approximation musicale. Coups et caresses, frottements et cavalcades : bien amplifiée, la guitare acoustique devient un instrument total, aussi illimité, sombre et versatile que l’âme humaine. Un délice pour amoureux de la six-cordes, cousu au petit poil par Tom Pauwels.

Thierry De Mey : Frisking (1987)
Cette oeuvre pour onze percussionnistes fut écrite pour le chorégraphe Wim Vandekeybus, un des chefs de file de la « flemish wave » qui introduisit dans la danse moderne, à la fin des années 80, une atmosphère toute neuve de prise de risque et de tension physique. Quelque chose d’un peu « punk » se dégage du choix instrumental de De Mey : un vieux cadre de piano, tronçonné et torturé, est l’élément central de l’arsenal de percussions. Il est entouré de tambours de papiers, de miroirs flanqués de micro-contacts, de barres de fer, de claviers de cailloux (ou « lithophones »). Tout est amplifié, la pulsation cogne. Un véritable challenge pour les étudiants du Pôle Supérieur, que dirigera François Deppe, l’un des musiciens qui ont créé l’oeuvre.

Michael Pisaro : Ricefall (2004)
Voilà une oeuvre qui touche aux limites de nos sens. Le compositeur l’écrivit après avoir été bouleversé par le livre Le chemin vers la nuit de John Hull, témoignage d’un homme qui devient soudainement aveugle au milieu de sa vie. Fermons les yeux, nous aussi, et écoutons le flux de ces milliers de grains de riz que laissent échapper de leurs doigts les seize musiciens : subtiles différences de densité et de vitesse requises par une partition minutieuse, et toute une « gamme » de matériaux résonants que viennent frapper les grains. Vous pensiez avoir des oreilles ? Repartons de zéro.

James Tenney : Having never written a note for percussion (1971)
Injustement sous-estimé en Europe, James Tenney fut l’un des plus inventifs disciples de John Cage. Cette oeuvre pour tam-tam (une sorte d’immense gong de métal) s’improvise par l’interprète à partir d’une seule page d’instructions, à la manière d’un rituel codé. Multiple, complexes, envoûtantes et même terrorisantes, les résonances du tam-tam invitent à nous immerger dans un pur océan sonique.
    

   


programme du concert du soir

   
Cent poètes, cent philosophes ont tenté de dire le vertige du musical. A la fois intérieure et surgissant du dehors — comme si nous la chantions nous-mêmes et comme si, tout en même temps, nous « étions chantés » — la musique nous ouvre à une troublante intimité. Une intimité qui ne nous appartient plus tout à fait. Une intimité hors-de-soi*. Ainsi la musique est-elle par excellence le royaume des doubles. Sans doute l’écho d’une voix frappant la paroi de la montagne, puis revenant aux oreilles du chanteur, intacte dans sa silhouette mais profondément altérée dans sa couleur, est-elle la matrice de toutes les expériences polyphoniques.
Echos, doublures, octaviations, parallélismes, reflets et simulacres : la musique habite un Palais des Miroirs.

* Le psychanalyste Jacques Lacan a forgé ce beau néologisme : “extimité”.
    
Christopher Trapani
Waterlines; Five Songs about Storms and Floods (2012)

(Lignes de flottaison ; cinq chansons sur les tempêtes et le déluge)
pour soprano, huit musiciens et électronique
Christie Finn, soprano
Thomas Moore, direction
Tom Pauwels, guitare | Caroline Peeters, flûte|  Carlos Galvez, clarinette |  Paul Hübner, trompette |  Adam Rosenblatt, percussion |  Aurélie Entringer, alto |  Seth Woods, violoncelle |  Pieter Lenaerts, contrebasse
   
Michaël Levinas
Les Désinences (2014)

pour piano and claviers électriques
Michaël Levinas, piano et claviers | Jean-Luc Plouvier, claviers
Réalisation de l’informatique musicale IRCAM : Carlo Laurenzi
   
Robert Phillips
Der Hunger von Spiegeln (2015)

pour guitare électrique, clavier électronique, percussion, contrebasse et vidéo
Tom Pauwels, guitare électrique | Jean-Luc Plouvier, synthétiseur DX7 | Adam Rosenblatt, crotales, timbales, batterie | Pieter Lenaerts, contrebasse.
   

     

Notes sur les œuvres du concert du soir

          
Christopher Trapani : Waterlines; Five Songs about Storms and Floods
Avec les “cinq chansons” de ce jeune compositeur américain vivant à Paris, nous goûtons la tonalité d’une musique populaire dévoyée par son accord microtonal en « just intonation » — intonation subtile inspirée des travaux d’Harry Partch, qui prend appui sur les modèles naturels. Cette oeuvre évoque également la manière hybride qu’affectionnait Luciano Berio : une écriture orchestrale sophistiquée et gracieuse, altérée par la chaleur simple du chant populaire.

“Arrangement” ou “dérangement” ? C’est en tout cas un moment de douceur et d’écoute mélomane, une entrée dans la paix du soir, après les expériences de l’après-midi. Flûte, clarinette, trompette, se mêlent aux sonorités exotiques de l’Appalachian Dulcimer, de l’harmonica, des percussions en papier de verre, pour accompagner la soprano dans cinq magnifiques chansons inspirées du blues et de la country music du Sud américain. Les paroles font allusion aux déluges de la New Orleans lors du passage de l’ouragan Katrina, la fuite des familles et l’exil qui parfois s’en suivit — même si certains fragments du texte sont bien antérieurs à l’événement (ceux empruntés à Bessie Smith, « l’impératrice du blues », notamment). Tout cela en glissements et doublures impalpables...
   
Michaël Levinas : Les Désinences
  
Michaël Levinas a toujours entendu le piano comme un « instrument instable », dont les notes argentées flottant dans la pédale sont affectées d’un léger clinamen descendant — pour ne pas dire qu’il entend tout simplement son piano pleurer. Ici, des sons de piano déformés, ré-accordés et échantillonnés par l’ordinateur, contrôlés par les claviers électroniques,  sont envoyés dans un diffuseur qui colle à la caisse de résonance d’un Steinway, où ils vont se mélanger aux sonorités acoustiques. Le pianiste et le claviériste ne jouent donc pas sur le mode du dialogue ou de la « sonate », mais collaborent à l’émergence d’un « instrument augmenté », étrangement glissant, où les résonances acoustiques filtrent et digèrent les stimulations électroniques. 

Dans sa forme, cette partition récente évoque la suite baroque du XVIIe siècle (Louis Couperin) par la variété de ses épisodes et la liberté de sa rythmique. Son harmonie en mouvement, semi-consonante, évoque par ailleurs les dernières oeuvres de Ligeti : la polyphonie subtile des mains du pianiste, ambigüe et rusée, jouant de tous les effets de la pédale, tord l’harmonie et fait “muter” les accords. Le piano cesse d’être l’instrument de la note, de l’attaque, du son isolé : comme l’avaient déjà rêvé Chopin et Debussy, il se métamorphose en un instrument d’air et d’eau, tout en plis et ondulations  : un monde de “désinences”.  

« Les modes de jeux instrumentaux de cette pièce peuvent rappeler à la fois les techniques de l’orgue et les glissements du jazz. Les accords sont sculptés et parfois tordus au cœur même de la résonance et du spectre. Cela m’évoque aussi la peinture de Dali — mais ce n’est ni mon inspiration ou ma référence. » (Michaël Levinas)
   
Robert Phillips, Der Hunger von Spiegeln

Robert Phillips est aujourd’hui résident à l’Académie Schloß Solitude de Stuttgart, où il a été sélectionné par les responsables artistiques d’Ictus. Musique post-tonale et polystylistique assez pervertie, l’art de Philips convoque à la fois la jeune new wave des années 80, la musique électronique contemporaine et l’installation-vidéo. La musique est mise ici en situation visuelle.

Des vidéos en grandeur nature de l’ensemble instrumental, filmées à l’avance, et des enregistrements playback de l’oeuvre, se mêlent à la prestation en temps réel. Il en ressort des effets de réalité augmentée et kaléïdoscopique, voire de schizophrénie,  où l’écho et le pré-écho, le mimétisme et le décalage, l’ombre instrumentale fidèle ou infidèle, se superposent en couches mouvantes.
   

   

EN SAVOIR PLUS SUR LES ZéBRIDES

GEORGES FEYDEAU : On purge bébé ! (1910)
      
Follavoine

Elle ne sait rien cette fille ! Rien ! qu’est-ce qu’on lui a appris à l’école ?
(Redescendant jusque devant la table contre laquelle il s’adosse.)
« C’est pas elle qui a rangé les Hébrides »  ! Je te crois, parbleu !
(Se replongeant dans son dictionnaire.)
« Z’Hébrides… Z’Hébrides… »
(Au public.)
C’est extraordinaire ! je trouve zèbre, zébré, zébrure, zébu !… Mais de Zhébrides, pas plus que dans mon œil ! Si ça y était, ce serait entre zébré et zébrure. On ne trouve rien dans ce dictionnaire !

Par acquit de conscience, il reparcourt des yeux la colonne qu’il vient de lire.

[...]

Julie, s’arrêtant à une page du dictionnaire.

Ah ! porcelainier, va !… Tiens, tu vas voir comme c’est dans les Z.
(Parcourant la colonne des mots.)
Euh !… « Ebraser, Ebre, Ebrécher… » C’est dans les E, voyons ! «… Ebriété, ébroïcien, ébro.. »
(Interloquée.)
Tiens ! Comment ça se fait ?

Follavoine

Quoi ?

Julie

Ça n’y est pas !

Follavoine,
dégageant vers la gauche et sur un ton triomphant.

Ah ! ah ! Je ne suis pas fâché !… Toi qui veux toujours en savoir plus que les autres !…

[...]

Julie

Et dire qu’on cherchait dans les « E » et dans les « Z »…

Follavoine,
se laissant tomber sur le canapé.

On aurait pu chercher longtemps !

Julie,
se levant et passant son bras dans l’anse de son seau pour l’emporter.

Et c’était dans les « H » !

Follavoine,
avec un aplomb touchant à l’inconscience.

Qu’est-ce que je disais !

Julie,
ahurie de son toupet, se retourne vers lui, puis.

Comment, « ce que tu disais » !

Follavoine,
le plus calme du monde.

Eh ! ben, oui, quoi ? C’est peut-être pas moi qui ai dit : « Pourquoi pas dans les H ? »

Julie

Pardon ! Tu l’as dit !… tu l’as dit… ironiquement.

[...]

[...]

Agenda for this project

April 2015
  • Date Show Location
  • Sat 11.04 Les Zébrides: Happy Day in Lille Opéra de Lille - Lille - France

    Les Zébrides

    Opéra de Lille

    Happy day in Opéra de Lille read more