MITRA

share:

THE TEAM

   
Jorge León: Concept & Staging
Eva Reiter: Composer
George van Dam: Composer

Claron McFadden (soprano):
Mitra Kadivar

Ictus Ensemble:
Michael Schmid: Flute
Gerrit Nulens: Percussion
George van Dam: Violin
Eva Reiter: Paetzold recorder, bass viol

Zangers van de Kooracademie van de Munt | Chanteurs de l’Académie de chœur de la Monnaie (Benoît Giaux, coach)

Isabelle Dumont: Dramaturgy
Thibaut Van Craenenbroeck: Stage design & costumes
Aliocha Van der Avoort: Video editing
Peter Quaesters: Light design and technical direction
Alexandre Fostier: Sound engineer

   

PARTNERS

   
PRODUCTION
Ictus & Muziektheater Transparant

COPRODUCTION
KunstenfestivaldesArts, Brussels
Les Halles de Schaerbeek, Brussels
Théâtre de Liège
De Munt | La Monnaie, Brussels
Present Perfect, Brussels
GMEM, Marseille
Actoral, Marseille
Les films de Force Majeure, Brussels

WITH THE SUPPORT OF
International Film Festival Marseille, FID
Camargo Foundation
IRCAM
CNC DICRéAM
Thank you & Good Night Production

IN SHORT

   
MITRA
is a hybrid project situated somewhere between opera, documentary cinema and installation.
In 80 minutes and on four screens, it presents the struggle of real individuals living in Iran and France, who are caught up in the psychiatric machinery. A woman and a few friends, fight together and from afar, through the unique power of words exchanged via email, to escape obliteration. Their truth, however, only finds its true expression when it’s turned into fiction and put to music.

MITRA
will be brought to life on stage (as laid out in this dossier) and in a feature-length documentary, as different in its length as it is in its narrative style.

MITRA
is the first name of Mitra Kadivar, a psychoanalyst from Teheran whose problems with Iranian psychiatry have recently hit the news. Beyond current affairs, it is the intensity of Mitra’s bravery, the uncompromising singularity of the stands she has taken, the almost antique beauty of her face marked by the trials which are at the very heart of the project; this intensity, this individuality, this beauty make it possible to be reunited, on a narrow ridge somewhere between documentary and fiction — and in music — with a certain tragic figure of female heroism.
   

BRIEFING NOTE

   
The project is based around a hotly debated centre: psychological suffering and psychiatric confinement. Several themes crop up around this core:
- The determination and solitude of a rebellious woman.
- Solidarity as part of a network, and from afar.
- The voices — these voices which swirl around like swarms (the choir of psychiatrists, the choir of students, the choir of patients).
And finally spaces: the theatre, opera, psychiatric hospital, places where passions are played out.

Here’s what Mitra’s creator, Jorge León, has to say:
   

   

The proposition

   
The story could be summarised like this:
Mitra Kadivar is an Iranian psychiatrist and psychoanalyst who studied in France. When she went back to Tehran, she set up a school of psychoanalysis and planned to turn her private home into a drop-in centre for drug addicts. Her neighbours weren’t having it and pressed charges against her, claiming that she was mad: her behaviour is strange and she claims to be constantly disturbed by the noise of an imaginary child running around upstairs.

Confined to a mental hospital and diagnosed as psychotic, Mitra ends up undergoing a treatment of medical injections. Alerted by a series of emails exchanged with her, Jacques-Alain Miller tries, from France, to come to her aid. When she is confined to a mental hospital and the Iranian psychiatrists prevent her from going on the Internet, her students continue the correspondence with Miller: they give him news of Mitra and tell him about their efforts to clear her of the charges made against her. The digital exchanges are transformed into the voices of a choir. A petition to free Mitra is launched from France. She is finally set free.

The emails exchanged will form the libretto. What interests me most when moving towards the cine-opera documentary, is to go beyond the present of the event, to give it a universal scope, until you are deploying it in the timelessness of the myth.

In order to give a lyrical voice to Mitra Kadivar, we chose Claron Mc Fadden, a magnificent world-renowned singer, familiar not just from the operatic repertoire but also contemporary music and open to new vocal experiences.
   

The Set

   
Four screens measuring approx. 8 m by 4.5 m in height will form a four-sided space inside which the spectators will be able to move around and make themselves at home. The ground will be covered with carpet, the designs of which will evoke, all the while transforming it, the aesthetics of Persian tapestry. Spectators will be able to lie down on these carpets if they want to or sit down on the seats or benches to blend into the patterns on the ground.

The sound will be spatialised in accordance with this space (with the expertise of GMEM). There won’t be any musicians on stage, the voices and music will be pre-recorded and mixed in this new venue in the very heart of the “Friche de Mai”.

Yet, Mitra as a physical presence should appear to the spectator.
Claron Mc Fadden will come on stage to perform an aria of a few minutes. His rapid intervention should produce the effect of a hallucination with the spectator.
   

Other documentary dimension

   
The Hospital — During two writing residences at the Camargo Foundation in Cassis, partner of the project, we were lucky enough to discover the Montperrin Hospital in Aix-en-Provence, an incredible place and psychiatric complex, providing a clear resonance with the history of Mitra. The encounters with the residents of the hospital were so intense that it became impossible to think of the opera independently from its creation process. In the course of workshops organised within the Montperrin hospital, I would like the residents (and their carers) to come into contact with Mitra’s tragedy, film their reaction, provide support to their emotions when it’s time to sing Mitra’s SOS, put to music.

In parallel with the story of Mitra, for me it’s about showing the artists at work, in other words writing, rehearsing or recording the lyrical work, but also in moments of reflection and discussion as regards Mitra’s story and its performance: exchanges between the composers, stage designer, singers and musicians...
Jorge León, 2016
   

    

JORGE LEÓN

   
Jorge León was born in Charleroi (Belgium) in 1967.
He studied Image at the Institut National Supérieur des Arts du Spectacle, Brussels where he was visiting professor in 1995, 1996, 1997, 2014 and 2015.
   

FILMS directed (a selection)

   
❖Before We Go, 2014. International Critic Prize at IndieLisboa 2015. Étoiles de la Scam 2015. 2014 Scam/SACD Prize for the best documentary. World premier: FIDMarseille July 2014 (International competition, two prizes). National release in France in autumn 2015

❖Vous êtes Servis, 2010. Cinéma du Réel, Paris, France, March 2010. Special award from the Librarian Jury. International Environmental Film Festival, Paris, France, November 2010. Special Jury Prize Filmer le Travail, Poitiers, France, February 2011. “restitution du travail” award
I’ve seen films, International Film Festival, Milan, October 2010. More than twenty selections in festivals.

❖10min. [video 19 min, 2009]. Huesca International Film Fest, Spain, 2009. Best documentary prize short selection DocLisboa, Portugal, 2009. Best documentary prize short selection

EN BREF

   
MITRA
est un projet hybride à l’intersection de l’opéra, du cinéma documentaire et de l’installation.
En 80 minutes et sur quatre écrans, il présente le combat de personnages réels vivant en Iran et en France, aux prises avec la machinerie psychiatrique. Une femme et quelques amis, quelques amies, se battent solidairement et à distance, par la seule force des mots échangés par e-mails, pour échapper à l’écrasement. Leur vérité, cependant, ne trouve sa juste formulation que par son passage à la fiction et à la musique.

MITRA
fait l’objet d’une version scénique (que présente ce dossier) et d’un long-métrage documentaire, différent dans sa durée comme dans son mode narratif.

MITRA
est le prénom d’une psychanalyste de Téhéran, Mitra Kadivar, dont les démêlés avec la psychiatrie iranienne ont récemment défrayé la chronique. Au-delà de l’actualité, c’est l’intensité du courage de Mitra, l’intraitable singularité de ses prises de position, la beauté quasi antique de son visage marqué par les épreuves qui sont le cœur battant du projet. Cette intensité, cette singularité, cette beauté permettent de renouer, sur une étroite ligne de crête entre documentaire et fiction — et en musique ! — avec une certaine figure tragique de l’héroïsme féminin.
   

NOTES SUR "MITRA"

   
Le projet tourne autour d’un centre brûlant : la souffrance psychique et l’internement psychiatrique. En constellation autour de ce noyau :
–la détermination et la solitude d’une femme rebelle ;
–les solidarités soudaines et en réseau, toute distance abolie ;
–et puis les voix — ces voix qui tourbillonnent en essaims (le chœur des psychiatres, le chœur des étudiants, le chœur des patients) ;
–et enfin des espaces : le théâtre, l’opéra, l’hôpital psychiatrique, lieux de déploiement des passions.

Voici ce que dit de MITRA son concepteur, Jorge León :
   

   

Le point de départ

   
Ce projet est né d’une découverte déterminante, faite sur Internet : la publication d’e-mails échangés entre Mitra Kadivar, psychiatre et psychanalyste iranienne, et Jacques-Alain Miller, psychanalyste d’envergure internationale, ancien président de l’Association Mondiale de Psychanalyse, gendre de Jacques Lacan et responsable de la publication de ses séminaires.

Datant de 2012, ces e-mails échangés entre Paris et Téhéran me semblent soulever des questions sociétales et éthiques primordiales. Il y est question de la survie d’une femme prise dans les rouages d’un système médico-juridique dont elle tente de s’extraire. En proposant une interprétation de ces échanges, je tente d’explorer l’essence des enjeux sociaux et politiques qui émanent de ce récit, en soulignant leur dimension éthique et mythique.

Dans cette perspective, l’idée m’est venue de faire de ses e-mails un livret d’opéra, que j’écris actuellement en collaboration avec Isabelle Dumont, dramaturge, et dont Eva Reiter et George van Dam composent la musique.

À l’occasion de deux résidences d’écriture à la Fondation Camargo de Cassis, partenaire du projet, nous avons eu l’occasion de découvrir le Centre Hospitalier Montperrin d’Aix-en-Provence, lieu incroyable et complexe à vocation psychiatrique, offrant une résonance évidente avec l’histoire de Mitra.

En particulier, les rencontres avec les résidents du Centre ont été d’une telle intensité qu’il est devenu impossible de penser l’opéra indépendamment de son processus de création. D’où la nécessité de croiser plusieurs formes et de jouer de la multiplicité des approches pour cerner au plus près ce que le réel actuel déploie quant à la souffrance psychique et à l’enfermement. Car qu’en est-il de l’état de la psychiatrie, notamment en Occident ? Ce projet doit permettre de porter un regard sur nos institutions psychiatriques et d’entrer en contact avec celles et ceux qui, pour des raisons diverses, sont provisoirement ou définitivement hors norme, écartés d’une société qui peine à trouver une juste place pour les êtres en souffrance psychique.
   

L’histoire

   
C’est sur le site lacanquotidien.fr que j’ai découvert la correspondance e-mail entre Jacques-Alain Miller et Mitra Kadivar. Elle a débuté le 12 décembre 2012 et s’est terminée le 8 février 2013, quelques jours avant qu’une pétition soit lancée par Miller lui-même et intitulée : « SOS Mitra ». Ce document portait le titre « On nous écrit de Téhéran / Autour de Mitra Kadivar ».

L’histoire pourrait se résumer ainsi :
Mitra Kadivar est une psychiatre et psychanalyste iranienne formée en France. De retour à Téhéran, elle fonde une école de psychanalyse et envisage de transformer son logement privé en centre d’accueil pour toxicomanes. Ses voisins ne l’entendent pas ainsi et portent plainte contre elle, arguant de sa folie : ses comportements sont étranges et elle prétend être constamment dérangée par le bruit d’un enfant imaginaire qui court à l’étage supérieur.

Internée et diagnostiquée comme psychotique, Mitra finit par subir un traitement par injections médicamenteuses. Alerté par une série d’e-mails échangés avec elle, Jacques-Alain Miller tente, depuis la France, de lui venir en aide. Lorsqu’elle est internée et que les psychiatres iraniens lui interdisent l’accès à Internet, ce sont ses étudiants qui prennent le relais de la correspondance avec Miller : ils lui donnent des nouvelles de Mitra et relatent leurs efforts pour l’innocenter des charges portées contre elle. Les échanges électroniques épistolaires font alors chœur. Une pétition pour libérer Mitra est lancée depuis la France et elle est libérée.
   

Remarques dramaturgiques

   
Entendre ce que chante le réel

La forme – le récit structuré par l’envoi d’e-mails – m’a séduit car elle installe en 160 messages envoyés en deux mois de temps, un rapport à la durée et à l’action très tangible. D’autre part, la dimension virtuelle de la correspondance électronique induit une forme d’immatérialité propice à sa mise en musique, transcende les localisations et les distances géographiques pour se déployer dans un espace-temps différent, déterritorialisé et instantané, ce qui m’a permis d’envisager la possible transformation de cette histoire vraie en œuvre artistique singulière : un ciné-opéra documentaire.

L’écriture opératique a la particularité de densifier le récit, tout en amplifiant la dimension dramatique des voix. La voix de Mitra se met à résonner et ce qui était au départ de l’ordre d’un échange privé, d’un appel au secours intime, se tisse sur la toile et se déploie peu à peu dans la sphère publique pour être amplifié à nouveau à travers la puissance du chant lyrique. Ce qui m’intéresse avant tout dans le
passage au ciné-opéra documentaire, c’est de dépasser le présent de l'événement pour lui donner une portée universelle, jusqu’à le déployer dans l’intemporel du mythe. De transformer un document prosaïque, une correspondance sur le net, en livret lyrique. De prolonger la portée des mots par l’amplitude du chant opératique.

On dit de Mitra qu’elle entend des voix. Mitra, elle, veut se faire entendre. Miller l’écoute, hausse parfois le ton, essaie de moduler ses cris de révolte. Les psychiatres iraniens forment un chœur d’où se détache la voix d’un professeur en charge du « cas Mitra ». Les étudiants forment un autre chœur, un écho lointain de Mitra quand celle-ci est rendue muette et son corps englouti par le corps médical. Et à mesure qu’elle disparaît, sa voix est amplifiée jusqu’à atteindre une amplification ultime symbolisée par l’ensemble des signataires de la pétition pour sa libération.

Les artistes au travail
En parallèle de l’histoire de Mitra, il s’agit pour moi de montrer des artistes au travail, c’est-à-dire en cours d’écriture, de répétition ou d’enregistrement de l’œuvre lyrique, mais aussi dans des moments de réflexion et de discussion quant à l’histoire de Mitra et sa représentation : les échanges entre les compositeurs, le scénographe, les chanteurs, les musiciens...

Et selon différentes modalités : filmés au moment même de la création — qui à faire se confronter sur scène les deux versions (image / corps). Au cœur de ce travail de création ainsi documenté se trouve la rencontre entre ces artistes et la réalité d’une institution psychiatrique, à travers une collaboration avec des patients.

Au cours d’ateliers menés au sein du Centre Montperrin, je désire amener les résidents (et leurs soignants) à entrer en contact avec le drame de Mitra, filmer leur réaction, accompagner leurs émois à l’heure de chanter les SOS de Mitra mise en musique… Les personnes qui participent à ces ateliers sont psychologiquement fragiles, la plupart ont été diagnostiquées comme psychotiques et sont suivies médicalement. Ces ateliers leur permettront d’explorer des pans de leur vie émotionnelle à travers la voix. Cette expérience artistique commune ouvrira un espace qui permette d’entendre les voix du réel autrement que selon l’approche documentaire habituelle - puis à transporter cette expression lyrique du réel sur la scène.

Events Unfolding : la version scénique du projet

Le document que j’ai découvert sur le net et qui sert de matrice à ce projet est intitulé

« On nous écrit de Téhéran ». Cependant la page 7 de ce même document révèle un second titre : « Events Unfolding » que l’on traduira par« Les événements se déploient ». C’est exactement ce déploiement des événements dont il sera question pour la version scénique du projet.

Un groupe de gens s’affaire sur différents pans d’un plateau plongé dans un capharnaüm constitué de bribes de décors, de costumes à moitié confectionnés, d’instruments de musique, d’ordinateurs, d’éléments de machineries en tous genres... Ils sont chanteurs, acteurs, régisseurs, musiciens, monteur de cinéma, scénographe, metteur en scène. Ils travaillent tous à tenter de donner une forme à la réalité que ces e-mails révèlent.

La forme : documenter le réel sur scène

C’est donc l’histoire d’une femme, résidant à Téhéran, qui lance un appel à l’aide à un homme, résidant à Paris. Si je tente d’analyser les raisons qui me poussent à porter ce projet, je réalise que cette histoire, au départ, ne contient pas d’images, elle en suggère.

La relation qui se tisse entre les protagonistes se déroule par écrans d’ordinateur interposés, à travers des mots, uniquement. Ce constat m’a particulièrement frappé au moment où Miller envoie un e-mail demandant un portrait de Mitra. La question de l’image, du visage de Mitra a alors surgi. « Mitra, quel corps ? » Cette énigme a résonné d’autant plus puissamment que ce corps disparaît réellement, occulté par l’institution psychiatrique qui l’enferme. Cette immatérialité des échanges digitaux, confrontée à la réalité d’un corps en danger a imposé en moi la quête d’images.

Nous retrouverons donc des écrans — qui alertent, informent, rassurent, indignent, émeuvent. Ces écrans seront les supports à la médiation nécessaire pour extraire Mitra Kadivar du cauchemar qu’elle traverse. Ils seront aussi une zone de frottement, comme une interface, entre le réel (à l’extérieur) et la travail de sa représentation (sur scène). Par un effet de mise en abyme, le dispositif consistera donc à mettre en question la possibilité de documenter le réel sur scène, tout en déployant à proprement parler un processus de création, avec ses doutes, ses fulgurances, ses impasses et révélations.

Ces écrans diffuseront également des images du film documentaire auquel je travaille parallèlement. Le réel viendra, par écrans interposés, s’immiscer au cœur de l’espace symbolique délimité par le plateau. Ce réel prendra également la forme d’images d’archives, de témoignages, d’images filmées à Téhéran, chez Mitra, dans l’espace privé auquel elle fut arrachée le 24 décembre 2012. Si bien que se posera la question : où se trouve le réel ? Plutôt du côté des images documentaires, tirées de l’exploration de la réalité – mais qui ne sont que des images ? Ou bien du côté des acteurs, des chanteurs, de la fiction ?
   

Mise en scène | Dispositif scénique

   
Quatre écrans d’une base de +-8m / 4,5m de haut dessineront un espace quadri-frontal à l’intérieur duquel les spectateurs auront la possibilité de se déplacer et de s’installer. Le sol sera recouvert de tapis dont les motifs évoqueront, tout en la transformant, l’esthétique de la tapisserie persane. Le spectateur pourra s’allonger sur ces tapis s’il le souhaite ou s’asseoir sur des sièges ou banquettes dessinés de façon à s’intégrer aux motifs du sol.

Afin d’agir en écho à cet échange entre deux psychanalystes, deux compositeurs, une femme et un homme, prennent en charge la composition d’un livret inspiré des échanges de mails. Mon choix s’est naturellement porté sur Eva Reiter et George van Dam, tous deux membres d’Ictus et compositeurs passionnés. Eva composera pour les solistes et assurera la continuité narrative du livret, George van Dam écrira pour le chœur. Ces deux « voix » artistiques dialogueront et s’enchevêtreront pour produire des textures rarement entendues.

Afin de donner une voix lyrique à Mitra Kadivar et Jacques Alain-Miller, notre choix s’est porté sur Claron Mc Fadden et Dale Duesing, deux magnifiques chanteurs à la renommée mondiale, familiers non seulement du répertoire opératique mais aussi de la musique contemporaine et ouverts à de nouvelles expériences vocales.

Il est indispensable que l’espace nous apparaisse accueillant, à l’instar des salons de musique d’antan. Dans ce contexte, les écrans qui seront à la fois surfaces lumineuses et écrans de projections d’images fixes ou en mouvement définiront les parois d’une pièce dont la nature variera en fonction des images projetées (chambre d’isolement, chambre anéchoïque, studio d’enregistrement, chambre d’hôpital…).

Ces écrans, aux proportions identiques à celles d’un ordinateur, feront également office d’écrans sur lesquels textes et e-mails viendront s’inscrire. Ils définiront également une fenêtre vers un ailleurs tel que l’Iran.

Les échanges nourris depuis plus d’un an avec Ictus et Christian Sébille m’ont incité à radicaliser le dispositif d’écoute de la musique et, progressivement, il m’est apparu essentiel de me rapprocher de cette dimension immatérielle des échanges de mails en l’appliquant à l’immatérialité de la musique. Cette logique m’amène à privilégier une spatialisation du son pour laquelle je bénéficierai de l’expertise du GMEM. Il n’y aura donc pas de musiciens sur scène, les voix et musiques seront pré-enregistrées et mixées dans ce nouveau lieu au cœur de la Friche.

Cependant, Mitra en tant que présence physique devrait apparaître au spectateur, il est donc prévu que Claron Mc Fadden s’immisce dans l’espace scénique pour interpréter une aria de quelques minutes. Son intervention fulgurante devrait produire l’effet d’une hallucination chez le spectateur.

Jorge León, 2016
   

   

JORGE LEON

   
Jorge León est né à Charleroi (Belgique) en 1967.

Etudes
Etudes à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle de Bruxelles, dans la section Image. Il a été professeur associé à cet Institut pour les années 1995, 1996, 1997, 2014 et 2015.

Mises en scène et dramaturgie

dans le domaine du théâtre et de la danse, en collaboration avec Simone Aughterlony :
UNI*FORM , 2015 Zürich ; Deserve 2010, KunstenFestivaldesarts, Bruxelles ; Between Amateurs, 2006 ;
Tonic , 2007 ; We need To Talk, 2011.

Opérateur et cadreur | Sélection de films :

❖L’été avec Anton de Jasna Krajinovic, 2011. Grand prix du Jury, mention spéciale du jury étudiant, prix des lycéens et apprentis au festivals du film des droits de l’homme, Paris 2013
❖La Chambre de Damien de Jasna Krajinovic, 2007. Prix Etoile de la Scam 2009 ❖Los Nietos de Marie-Paule Jeunhomme, 2007

Réalisateur (sélection)

❖Before We Go, 2014. Prix de la Critique Internationale à IndieLisboa 2015. Étoiles de la Scam 2015. Prix Scam/SACD du meilleur documentaire 2014. Première mondiale : FIDMarseille juillet 2014 (Compétition internationale, deux prix). Sortie nationale en France à l’automne 2015

❖Vous êtes Servis, 2010. Cinéma du Réel, Paris, France, Mars 2010. Mention spéciale du jury des bibliothèques. Festival International du Film d’Environnement, Paris, France, Novembre 2010. Prix spécial du jury Filmer le Travail, Poitiers, France, Février 2011. Prix « restitution du travail »
I’ve seen films, International Film Festival, Milan, Octobre 2010. Plus de vingt sélections en festivals. ❖10min. [vidéo 19 min, 2009]. Ciné Festival, Huesca, Espagne, 2009. Prix du meilleur documentaire sélection court DocLisboa, Portugal, 2009. Prix du meilleur documentaire sélection court
Leeds Film Festival, Grande-Bretagne, 2009. Grand prix du jury et Meilleur film Curtocircuito Santiago de Compostella, Octobre 2009. Plus de vingt sélections en festivals

❖Between Two Chairs [vidéo, 15 min, 2007]
Vidéo programmée dans divers festivals de théâtre, dont le Kaai-Theatre (Bruxelles), Volksbühne (Berlin), Stuk (Leuven)...